top of page

Georges

Avez-vous remarqué ? J'ai côtoyé dernièrement un très vieux monsieur et je me suis régalée à l'observer et à m'inspirer de lui. Non je n'ai pas encore 98 ans... mais on dit bien que l'on a beaucoup à apprendre de nos aînés n'est ce pas ? Et plus ils sont vieux et plus on en a à apprendre peut-être.. C'est un Monsieur qui a très bonne mémoire, qui a beaucoup d'humour et qui adore plaisanter avec lui et avec les autres. Les conversations des "jeunes gens" le sèment parfois. On parle trop vite, les sujets sont superficiels ou peu intéressants et le crépitement du feu est bien plus enseignant que tous ces bavardages.. Ou alors il est à l'écoute de ses murmures intérieurs ? Je lui ai vu les yeux embués une fois, à l'évocation de son épouse décédée il y a quelques années.

Elle lui manque, c'est dur parfois me dit il.

Mais l'instant d'après il a retrouvé son regard infiniment pétillant, son grand sourire et une bonne anecdote à l'esprit.

Il s'assoit sur la terrasse et contemple le Temps qui pose ses grosses pattes dans le jardin.

Il est ravi d'avoir de la visite et dit « Tu pars déjà ?» quand le départ a sonné.

Pour se faire pardonner on lui fait un gros poutou et il jubile.


De la vie, Monsieur G. garde le meilleur.

A 98 ans il est un parfait jardinier de la Vie : il chérit les choses précieuses du passé qui vivent en lui, tout en cultivant le présent avec délicatesse.

Je ne sais pas si il attend quelque chose..


Et étonnamment cette façon de vivre me fait penser aux tout petits enfants.

Ils observent beaucoup, s'intéressent aux choses essentielles, tissent ou détissent les choses en eux, sans même se soucier de quel jour on est.

Ils sont, ils cheminent, ils construisent leur temple.


Inspirant non ??


Puissé-je être un enfant de 98 ans.


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Je rentre d'Afrique (l'Afrique m'est rentrée dedans)

Vous vous imaginez bien qu'il s'est passé mille choses, à l'extérieur et à l'intérieur de moi. Je ne partais pas en simple touriste, en bonne consommatrice ; il faut dire que je n'avais pas pris la fo

Grande marche ce matin

Je me suis glissée en la Nature qui a Soif Avec mes propres Soifs Marché vite comme le Vent Mes pensées recueillies comme le poing de la Fougère Mes organes au calme comme la Vie qui vaque au plus ju

bottom of page